Blog en pause prolongée pour cause de préparation du CRPE...

See you soon... or later!

Les dernières chroniques

Final Fantasy Type-0

mercredi 29 juin 2016

[Série TV] Orange is the New Black - Saison 1


Aujourd'hui, je viens vous parler de la première saison de Orange is the New Black, une série Netflix très loin de ce à quoi je suis habituée. À vrai dire, j'avais envie de changer de registre, de laisser un peu de côté les super héros et de découvrir autre chose. Autant vous dire que les dames de Litchfield ne m'ont pas déçue car je suis entrée dans un tout autre univers. Je l'avoue, j'ai du m'accrocher pour poursuivre cette série, pour la simple raison que parfois elle me met mal à l'aise. Évidemment, il y a énormément de scènes lesbiennes mais ce n'est pas du tout ce qui m'a dérangée. Ce qui a surtout contribué à ce malaise, c'est plutôt l'envers du décor de cette prison. La façon dont elle est gérée, dont les femmes y sont traitées. Le fait de s'imaginer à leur place, et de se sentir impuissante face à un système étudié pour vous écraser. 

Entre les murs de la prison pour femmes de Litchfield, la vie n’est pas rose tous les jours. Rattrapées par le passé, des détenues venues d’horizons divers cohabitent dans cette société en vase clos. Si coups bas et tensions sont monnaie courante, l’amour, la solidarité mais surtout l’humour subsistent dans le quotidien des inoubliables prisonnières.

"J'ai été affamée, tripotée, emmerdée, suivie, menacée et appelée Taylor Swift"
Au début de la série, l'histoire tourne principalement autour de Piper : une jeune femme qui semble mener une vie rangée auprès de son petit-ami. Elle mange équilibrée, se préoccupe de l'écologie, et a une belle tête de petite bourgeoise coincée (ouais je l'aime pas beaucoup à vrai dire). Mais on apprend très vite que son passé est moins reluisant puisqu'elle a entretenu une relation lesbienne avec une jeune femme prénommée Alex, à la tête d'un trafic de drogue et pour qui Piper a pris le risque de faire passer de la marchandise. Ces événements, qui se sont déroulés une dizaine d'années auparavant, refont surface et Piper doit aller faire de la prison. Elle débarque donc à Litchfield, persuadée que son histoire d'amour avec Larry va durer, qu'ils vont ensuite se marier et qu'elle n'aura qu'à être patiente en attendant la fin de sa peine. Sauf qu'elle va très vite se rendre compte qu'en prison, les choses sont loin de se passer comme on les imagine...

" - Tu vas brûler en Enfer pour l'Éternité!
- J'y suis déjà. "
J'ai vraiment eu peur que toute la série tourne autour de Piper qui, sincèrement, est à mes yeux un personnage assez insignifiant. Je la trouve très égoïste, très narcissique aussi et elle m'intéresse peu. Mais finalement, les autres détenues de Litchfield prennent toutes de l'importance et on découvre, à travers des flash-backs, le passé de ces femmes auxquelles on s'attache ou, au contraire, qu'on déteste. Mais elles apportent toute quelque chose à l'histoire de la série et dans la vie de la prison et elles pointent du doigts des comportements humains qui font partie de notre vie quotidienne mais qui, enfermés entre quatre murs, prennent des proportions hallucinantes. On assiste aussi à la manière dont le personnel carcéral gère ce lieu : entre ceux qui ne penses qu'à leur propre intérêt (argent, sexe, exutoire), et ceux qui tentent d'améliorer les choses (peu nombreux...) et on se rend compte que les détenues vivent vraiment au rythme du bon vouloir de ces personnes qui vont, tantôt sembler compatissantes, tantôt leur faire vivre un enfer sans transition aucune...

Finalement, on se rend compte que si l'on aime ou l'on déteste un des personnages, ce n'est pas tant pour la gravité de ses crimes passés (car oui, quoi qu'elles aient fait, toutes ces détenues restent des criminelles), mais pour leurs agissements à l'intérieur même de Litchfield et les relations qui se créent entre eux. Et comme certaines changent de comportement selon l'arrivée ou le départ d'autres personnages, il est facile de changer très vite d'opinion. Si Piper prend de l'épaisseur au fil des épisodes, j'ai plutôt tendance à lui préférer Alex, mais dans la première saison mes personnages préférés sont Nicky, Taystee mais surtout Poussey que je trouve exceptionnelle car finalement, c'est une des rares à ne pas se laisser corrompre par la pression du système carcérale et elle est toujours égale à elle-même. J'aime bien Red aussi, et le personnage très particulier de Sophia dont je ne dirais rien de plus ici pour ne rien spoiler. Côté carcéral, c'est plus compliqué car il y en a qui semblent gentils mais on a toujours du mal à les cerner... Mais j'apprécie pas mal la naïve Susan et le beau John Bennett. En revanche, Healy et Figueroa m'insupportent... Bref, il y aurait énormément à dire sur les personnages qui sont vraiment très nombreux mais je vais m'arrêter là car j'ai commencé la saison 2 et je sais déjà que mon avis a changé sur certains d'entre eux donc je ne voudrais pas dire trop de bêtises...


Au final, j'apprécie de plus en plus Orange is the new black qui est une série dénonçant de nombreuses injustices et de nombreux défauts humains : les conditions de détentions évidemment, mais aussi le racisme, l'homophobie, l'hypocrisie, et tant d'autres... L'histoire est inspirée de celle de Piper Kerman, qui a écrit un livre intitulé Orange Is the New Black: My Year in a Women's Prison dont s'inspire la série. Si certaines scènes peuvent effectivement mettre mal à l'aise, ce n'est que parce que nous prenons conscience de la vraisemblance des événements. Elle reflète la réalité et nous sommes impuissants face à tout cela. Et on se prend à espérer un monde meilleur où ces jeunes femmes, loin de n'être que des criminelles, pourraient avoir ce qu'elles méritent réellement : une vie heureuse...
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...