Les dernières chroniques

Final Fantasy Type-0

samedi 16 avril 2016

Arsène Lupin l'aventurier : Le Diadème de la Princesse de Lamballe - Takashi Morita

Titre original :  怪盗ルパン伝 アバンチュリエ
[Kaitô Lupin Den - Aventurier]
Dessin : Takashi MORITA
Scénario : Takashi MORITA, Maurice LEBLANC
Traduction : Fabien Nabhan
Editions : Kurokawa
Date de parution japonaise : 2013
Date de parution française : 2015

Quatrième de Couverture
Cette histoire se déroule en pleine Belle Epoque, nom correspondant à la période du début du XXe siècle en France. Les populations se passionnent pour les très ingénieuses méthodes d'un voleur de génie... Arsène Lupin.


Aussi surprenant que cela puisse paraître, ce titre fait partie de mes lectures pour rédiger mon mémoire! Quand j'ai choisi mon sujet, la série n'avait pas encore débuté mais j'ai été ravie qu'elle le soit pour la simple et bonne raison que, si le personnage de Lupin - créé il y a 110 ans par le Français Maurice Leblanc - a toujours été très célèbre au Japon, il n'a jamais été adapté fidèlement. C'est le personnage Lupin III, son petit-fils donc, qui est au cœur des aventures du Gentleman Cambrioleur dans une époque contemporaine. En France, nous avons connu ce personnage sous le nom d'Edgar, à cause des droits d'auteur. Mais le personnage d'Arsène Lupin étant passé dans le domaine public depuis 2012, ce passionné du personnage qu'est Takashi Morita a pu faire une adaptation plus fidèle des aventures de Lupin, en gardant le vrai nom du personnage et en s'inspirant des vrais romans. En l'occurrence, ce premier volume s'inspire d'une pièce de théâtre : Le Diadème de la Princesse de Larballe, Écrite en 1908 par Maurice Leblanc et Franci de Croisset, cette pièce a l'avantage d'être très accessible sans connaître rien à l'histoire de Lupin. Elle présente non seulement ses méthodes, ses forces et ses faiblesses (les femmes!) mais aussi des personnages qui reviendront au fil des aventures (Ganimard, Victoire et même Herlock Sholmès qui ne participe pas à cette enquête). De plus, c'est une des seules - sinon la seule - à évoquer un peu l'enfance d'Arsène Lupin.


L'histoire tourne tout d'abord autour d'un mystérieux vol : celui du tableau du Duc de Charmerace, parti en expédition pendant plusieurs années. Son retour marque également son mariage avec la jeune et riche mais néanmoins capricieuse Germaine Gournay-Martin dont le seul but est d'obtenir le titre de Duchesse. Car un riche sans titre de noblesse, ça ne veut pas dire grand-chose à ses yeux et aux yeux de son père, banquier et possesseur d’œuvres d'art toutes plus chères les unes que les autres. Mais il y en a une en particulier qui vaut plus que les autres, voire plus que les autres réunies : le fameux diadème. Gournay-Martin a réussi l'exploit, auparavant, de sauver ce diadème des griffes du grand Arsène Lupin. Mais celui-ci n'a pas dit son dernier mot et entend bien rectifier son erreur en parvenant à voler le diadème de la Princesse de Lamballe! Les éléments du scénario se déroulent peu à peu sous nos yeux, et quand on pense avoir tout compris des supercheries et des tours de passes-passe menés de main de maître par un Arsène Lupin plus malin que jamais, un nouvel élément vient tout faire chuter tel un château de cartes sur lequel on souffle. Chaque personnage est suspect d'être un complice de Lupin, chaque action - même la plus anodine - mène à mille interrogations et le tout se termine en apothéose grâce à un face à face grandiose entre Ganimard et Lupin.

Concernant l'édition du manga, elle est à la fois soignée et en même temps, j'ai trouvé quelques petits défauts. Un exemple qui m'a frappé, c'est lors de l'interrogatoire de Victoire par Ganimard : le commissaire lui pose des questions en la vouvoyant et d'un coup, d'une case à l'autre il se met à la tutoyer sans aucune raison et il continue de la tutoyer jusqu'à la fin. J'ai trouvé cela assez déconcertant, ce changement d'attitude. Mais à côté de cela, la qualité est bien présente. Les premières pages sont en couleurs, le dessin est soigné (bien que Lupin me fasse penser à Sebastian Michaelis) et, à la fin, l'auteur revient assez longuement sur l'oeuvre originale d'Arsène Lupin qui l'a inspiré et pourquoi. Je ne sais pas si c'est quelque chose qui intéresse tout le monde, mais dans le cadre de mon travail, savoir comment ce personnage Français est perçu au Japon est très enrichissant!


En définitive, ce premier volume des aventures d'Arsène Lupin est une vraie bonne surprise! J'ai commencé à découvrir ce personnage récemment à travers le roman L'Aiguille Creuse, et c'est un réel plaisir de retrouver tout ce qui fait le charme du personnage dans un manga d'une aussi bonne qualité! L'adaptation d’œuvres de la littérature française en manga, si elle a eu une période plutôt néfaste, commence à avoir des beaux jours devant elle. Bientôt, je viendrai vous parler de l'adaptation des Misérables.

Ce livre a été lu dans le cadre de deux challenges

2016 Reading Challenge 
Un livre à la couverture bleue

Challenge Petit Bac 2016
Ligne Manga : Prénom
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...