Les dernières chroniques

Final Fantasy Type-0

dimanche 8 novembre 2015

Millénium 4 : Ce qui ne me tue pas - David Lagercrantz

Voilà un autre livre que j'attendais avec autant d'impatience que d'appréhension! Pourtant pas très adepte de romans policiers et de polars, je suis tombée sous le charme de cette saga depuis la sortie du film (version suédoise avec Noomi Rapace), après quoi je me suis jetée sur les romans et je ne pensais vraiment pas qu'un quatrième volume verrait le jour. Et pourtant, le voilà. Ecrit par David Lagercrantz, un ancien journaliste du crime à qui l'on doit... Je suis Zlatan Ibrahimović, une biographie du footballeur! Autant dire tout de suite que cette nouvelle m'a fait très peur et que je ne savais pas du tout à quoi m'attendre! Alors je ne sais pas si c'est parce que je m'attendais au pire, mais j'ai finalement adoré cette suite des aventures de Super Blomkvist et de Lisbeth Salander, tout à fait digne des précédents titres écrits par Stieg Larsson.

Elle est une hackeuse de génie. Une justicière impitoyable qui n’obéit qu’à ses propres lois.
Il est journaliste d’investigation. Un reporter de la vieille école, persuadé qu’on peut changer le monde avec un article. La revue Millénium, c’est toute sa vie. Quand il apprend qu’un chercheur de pointe dans le domaine de l’intelligence artificielle détient peut-être des informations explosives sur les services de renseignements américains, Mikael Blomkvist se dit qu’il tient le scoop dont Millénium et sa carrière ont tant besoin. Au même moment, Lisbeth Salander tente de pénétrer les serveurs de la NSA…
Dix ans après la publication en Suède du premier volume de Millénium, David Lagercrantz livre un thriller d’une actualité brûlante et signe les retrouvailles des personnages cultes créés par Stieg Larsson. La saga continue.

Après un premier opus qui nous avait présenté deux personnages exceptionnels, Mikael et Lisbeth, mêlés à une histoire sordide mais néanmoins captivante, les deux suivants nous avaient permis d'en découvrir beaucoup plus sur l'enfance de la jeune femme et les intrigues lui étaient majoritairement consacrées puisque, rappelons-le, le grand méchant n'était autre que son père Zalachenko. Dans ce quatrième tome, l'intrigue semble toute autre puisqu'elle tourne autour du meurtre d'un chercheur et de son fils autiste qui a échappé à la mort. Blomkvist, en quête du scoop qui lui permettra de redorer son blason, n'est pourtant pas intéressé par cette histoire jusqu'au moment où il comprend que sa compagne de route est aussi sur l'affaire. Et si Lisbeth s'intéresse à l'affaire, c'est qu'il faut chercher plus loin que ce à quoi on pourrait penser. Cette fois, on entre vraiment dans le domaine de compétence de Lisbeth, le piratage informatique qu'elle pratique sous le pseudo de Gasp. Cela peut donc être assez déstabilisant pour ceux qui sont étrangers à toutes ces problématiques mais, personnellement, j'ai beaucoup apprécié ce changement - pas non plus soudain car on est au fait des facilités de Lisbeth avec les ordinateurs depuis le tout premier tome - qui a permis à l'auteur de nous en dire un peu plus sur les raisons et les événements qui ont poussé Lisbeth à devenir Gasp justement.

En réalité c’est très simple : celui qui surveille le peuple finit à son tour par être surveillé par le peuple. Il y a là une logique démocratique fondamentale.

Et une chose en emmenant une autre, on s'aperçoit que l'ombre de Zala plane toujours au-dessus de sa tête, comme un vieux démon qui ne la quittera jamais. J'ai lu quelques critiques qui reproche le trop-plein d'humanité de Lisbeth dans Ce qui ne me tue pas, tandis que moi - au contraire - j'ai apprécié ce côté un peu plus humain face à un enfant qui ne manque pas de lui rappeler son propre état, à la différence que son père était intouchable alors que celui de petit August est mort... J'ai aussi retrouvé avec un grand plaisir les personnages qui avaient eu un rôle plus ou moins grand dans les anciennes enquêtes : Bublanski, Sonjia Modig, Plague, Erika Berger, etc. J'ai eu, je l'avoue, un peu plus de mal avec toutes les théories mathématiques auxquelles je n'ai rien compris. Heureusement, nulle besoin de les comprendre pour comprendre les tenants et les aboutissants de l'intrigue et j'ai quand même été captivée par cette histoire du début à la fin. Evidemment, j'ai eu un tout petit peu de mal au début car un grand nombre de nouveaux personnages apparaissent et il faut le temps de les resituer dans tout ça, mais une fois les pièces du puzzle remises en place, tout s'enchaîne très vite et je n'avais qu'une hâte : savoir jusqu'où David Lagercrantz allait nous emmener, nous lecteurs, aux côtés de Mikael et de Lisbeth. Et il nous a mené assez loin pour supposer un cinquième tome qui, je l'espère, verra le jour!

Même si elle faisait parfois des efforts, les formules de politesse n’étaient toujours pas son truc. Elle ne l’ouvrait que pour asséner quelques vérités, et préférait se taire le reste du temps.


Un coup de cœur qui n'a pas fait l'unanimité, certes, mais un coup de cœur quand même pour ce livre qui, rappelons-le, a effectivement été écrit dans un "but commercial" (mais après tout, quel écrivain n'écrit que pour la gloire d'écrire? Quelle maison d'édition publie un livre sans être persuadée qu'elle va toucher de l'argent dessus?)  mais dont les royalties seront reversés au journal anti-fasciste créé par Stieg Larsson. Je ne sais pas si c'est ma formation littéraire qui me fait voir les choses d'un autre œil mais je conclurai en disant que ça ne me choque pas qu'un auteur s'approprie les personnages d'un autre car c'est une pratique qui date du Moyen-Âge. Et si l'on peut appréhender la tournure que vont prendre les événements sous une autre plume, on ne peut condamner l'acte en lui-même. David Lagercrantz a su garder en vie Super Blomkvist et Lisbeth Salander, bel hommage à Stieg Larsson qui, de là où il est, doit plus s'insurger de voir à quel point ses proches se battent pour grapiller les miettes qu'il a laissé de son empire que de voir un autre reprendre le flambeau...
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...