Les dernières chroniques

Final Fantasy Type-0

mercredi 10 septembre 2014

Nos étoiles contraires


Le retour de vacances a été synonymes de séances de cinéma étant donné que pas mal de films que je voulais voir sont sortis en Août. Parmi eux, Nos étoiles contraires, film basé sur le roman de John Green que j'ai lu il y a quelques semaines et que j'avais adoré! En allant le voir, je vous avoue que j'avais quand même trois ou quatre appréhensions : j'avais peur que le film ne soit pas à la hauteur du livre, j'avais peur d'être un peu déstabilisée par le choix des deux acteurs principaux que j'associe à Tris et Caleb dans Divergente, j'avais peur de la scène de la station essence à cause de ma phobie et j'avais peur que NicoChéri trouve le film vraiment chiant, lui qui ne jure que par les super-héros.


Hazel Grace et Gus sont deux adolescents hors-normes, partageant un humour ravageur et le mépris des conventions. Leur relation est elle-même inhabituelle, étant donné qu’ils se sont rencontrés et sont tombés amoureux lors d'un groupe de soutien pour les malades du cancer.

Nos étoiles contraires a été réalisé par un tout jeune monsieur, à peine 35 ans, qui signe là son deuxième film : Josh Boone. C'est sans doute la raison pour laquelle une certaine naïveté et un certaine candeur semblent se dégager de ce long-métrage. Et ce n'est pas une critique négative, au contraire, je pense que c'est exactement le regard qu'il fallait porter sur cette histoire d'amour entre deux adolescents qui savent ce qui les attend et qui, ma foi, prennent souvent les choses avec beaucoup d'humour un peu noir mais qui, au fond, restent des enfants qui espèrent que tout finira par s'arranger. Et on se prend à l'espérer aussi. Alors oui, c'est vrai que Nos étoiles contraires est un film qui fait pleurer, qui jouent sur les sentiments du spectateur, qui est un peu cucul parfois mais n'est-ce pas ce à quoi on s'attend quand on va voir ce genre de drame au cinéma? Je pense que quand on n'aime pas les films sentimentaux, on n'achète directement sa place pour aller voir Les Gardiens de la Galaxie (qui est d'ailleurs très bien lui aussi mais ça, c'est pour une autre fois) sauf si, comme mon homme, vous êtes forcé par votre douce moitié à subir cela. Sinon aucune excuse. Okay? Okay...


Donc maintenant que les choses sont claires, parlons un peu plus du film. L'histoire, je pense que la plupart d'entre vous la connaisse via le livre. Le scénario n'a pas beaucoup changé si ce n'est que quelques détails ont été évincés mais rien de bien méchant. Le principal est là et reste très cohérent avec l'oeuvre de base. Du coup je ne vais pas trop m'attarder sur le sujet, si vous voulez vous remémorer ce que j'avais pensé du livre, c'est par ! Venons-en donc aux personnages d'Hazel et de Gus qui sont, je dois l'avouer, merveilleusement interprétés par une Shailene Woodley vraiment très touchante et un Ansel Elgort là où on ne l'attendait pas, attachant à souhait. Les deux forment un duo parfait qui nous fait vraiment oublier qu'ils ont été frère et sœur dans un monde parallèle. Ils m'ont vraiment émue mais ils ne sont pas les seuls. J'ai été bluffée par l'interprétation d'Isaac par un certain Nat Wolff. Acteur que je ne connaissais pas du tout mais qui a complètement réussi à me faire oublier l'image que je m'étais faite du personnage dans le livre! Un autre personnage qui m'a vraiment épatée c'est celui de Van Houten, interprété par Willem Dafoe qui ne correspond absolument pas à la description du livre mais qui réussit à éveiller la même antipathie. Bref, un casting sans faute soutenu par une bande originale vraiment géniale que j'écoutais déjà avant d'avoir vu le film et des images qui donnent envie de visiter la Hollande (le pays, je précise vu l'actualité littéraire en ce moment).


Au final, la seule appréhension qui n'a pas été démentie, c'est celle de la scène de la station service que je n'ai pas pu regarder. Pour le reste, j'ai été bluffée, surprise, ébahie, attendrie, touchée, j'ai même versé quelques larmes dans mes Maltesers! Le film reste très fidèle au livre, les acteurs sont géniaux et, je vous le dit, même le NicoChéri a aimé le film, si bien que ça l'a travaillé une grande partie de la soirée toute cette histoire. Un gros gros coup de cœur pour Nos étoiles contraires donc, que je vous conseille d'aller voir avec un paquet de mouchoir pour pas que vos pop-corn finissent salés comme mes boules chocolatées!

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...