Blog en pause prolongée pour cause de préparation du CRPE...

See you soon... or later!

Les dernières chroniques

Final Fantasy Type-0

mardi 28 mai 2013

Top Ten Tuesday [7] - Les 10 thèmes ou mots de titre qui me font directement acheter un livre

Le Top Ten Tuesday est un rendez-vous hebdomadaire dans lequel on liste notre top 10 selon le thème littéraire défini. Ce rendez-vous a initialement été créé par The Broke and the Bookish et repris en français sur le blog de Iani.

Cette semaine, je vous dévoile quels sont les 10 thèmes ou mots de titre qui me font directement acheter un livre!


1 - Amélie Nothomb
Parce que je la suis depuis ses débuts et que j'attends avec impatience chaque rentrée littéraire pour découvrir son nouveau roman!

2 -  L'Angleterre du XIXème siècle
Qu'il s'agisse de Jane Austen, des soeurs Brontë ou d'auteurs beaucoup moins connus, c'est une époque qui me fascine!

3 - Cecelia Ahern
Une auteure irlandaise que j'affectionne tout particulièrement! Dès que je vois un de ses romans en rayon, j'ai du mal à ne pas me jeter dessus.

4 - Les trucs liés au Japon
Manga, livres, magazines... Peu importe! Quand il s'agit de la culture japonaise, je n'hésite pas vraiment à me lancer dans la découverte tant j'aime ce pays.

5 - René Barjavel
Auteur de mon livre préféré - La Nuit des Temps - j'aime cet auteur français de science-fiction et il me reste encore beaucoup à découvrir de son oeuvre!

6 - Shan Sa
Encore une de mes auteures fétiches! Jeune écrivain franco-chinoise, je ne me lasse jamais de découvrir ses romans et son seul nom suffit à me faire acheter un livre!

7 - Mathias Malzieu
Découvert récemment, il est directement entré dans mes auteurs préférés et je sais que je peux acheter ses romans les yeux fermés! Son univers me fascine.

8 - CLAMP
Mes auteures de manga préférées!  J'adhère, j'adore, j'achète! 

9 - Un café, l'édition!
Après ma rencontre avec les créateurs de cette maison d'édition, je sais que je ne raterai pas ce qu'ils éditent car c'est totalement le genre de chose qui me plaît. Autant dans le principe que dans le contenu! D'ailleurs, jetez-vous sur Jeudi 17 et Ginger Ze Carrotte!

10 - Les recueils de poésie
J'adore la poésie, du XIXème siècle à aujourd'hui, de Rimbaud à St John Perse en passant par Tim Burton! 


Vous l'aurez donc remarqué, c'est souvent les auteurs qui m'incitent à acheter des livres plus que des thèmes ou des mots précis!

Et vous, c'est quels sont vos motivations dans l'achat d'un livre?

lundi 27 mai 2013

[Projet 52] 21 - Tic... Tac... Tic... Tac...

Projet 52 est un projet photo initié par Donlope et repris cette année par le blog Tout p'tits et graminées!

Ah, le temps qui passe... Cette semaine, j'ai eu l'impression que tout me renvoyait à la figure que le temps passait. Un peu trop vite à mon goût! Durant les derniers jours que j'ai passé à Pau, j'ai eu la chance de faire pas mal de choses et notamment de visiter le Château de Pau et le Musée des Beaux-Arts de nuit à l'occasion de La Nuit Européenne des Musées. Et c'est au Musée des Beaux-Arts que l'inspiration m'est venue. Une oeuvre d'art sablier. Le temps qui s'écoule. Mes dernières heures dans le Béarn avant une nouvelle vie.

Le temps qui passe ne fait pas forcément Tic... Tac... Tic... Tac :)
Prochain thème pour le 1er Juin

C'est Lundi, que lisez-vous? [11]

Rendez vous initié par Mallou et repris par Galleane.

On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :
1. Qu'ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment?
3. Que vais-je lire ensuite ?

La semaine dernière j'ai lu

En ce moment je lis

Ensuite je lirai


Une toute petite semaine de lecture pour cette fois, mais excusée par le fait que j'étais en plein déménagement! J'espère que les prochaines semaines seront plus productives... J'ai beaucoup de temps libre mais aussi beaucoup de films, séries, animés à voir!

Et vous, vous lisez quoi?

vendredi 24 mai 2013

Pèlerinage photos à Lourdes [1]

Vue de Lourdes depuis le château fort

Ces derniers jours, ma vie a pas mal changé! J'ai quitté le Sud-Ouest, Pau et les deux années passées là-bas pour aller m'installer en région parisienne. A Neauphle-le-Château plus exactement. La ville de Marguerite Duras. Bref, j'ai quand même profiter des derniers jours passés dans le Sud-Ouest pour faire un peu de tourisme et j'ai eu envie de retourner à Lourdes. Ville que j'avais visité étant enfant et dont j'avais gardé un assez mauvais souvenirs. Du religieux et du commercial, c'est pas franchement ce que j'affectionne le plus. Et seize ans après, même impression! Cependant, j'ai réussi à faire quelques clichés que j'aime beaucoup et que j'ai envie de partager avec vous. L'occasion aussi de créer une catégorie photos sur ce blog pour y mettre des photos "hors challenge"!

Sur le Chemin de Croix

Je ne suis pas du tout branchée religion, mais bizarrement je suis toujours impressionnée quand je rentre dans une Eglise ou une Cathédrale. Mais sur le Chemin de Croix de Lourdes, ce qui m'a impressionnée ce ne sont pas les monuments mais les traces laissées par les visiteurs tout le long du chemin.

dimanche 19 mai 2013

In My Mailbox [9]

In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. L'idée est maintenant reprise en France par Lire ou Mourir. C'est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés.

Un tout petit petit IMM cette semaine puisque je m'apprête à déménager ce week-end et je n'avais pas envie de me charger encore plus. Et comme je change de ville, pas d'emprunt à la Médiathèque non plus! Je suis un peu nostalgique...



Et vous, quoi de nouveau dans votre mailbox?

samedi 18 mai 2013

[Projet 52] 20 - Un peu de moi

Projet 52 est un projet photo initié par Donlope et repris cette année par le blog Tout p'tits et graminées!

Un thème un peu particulier pour une semaine un peu particulière puisque je déménage. Je quitte définitivement le Sud-Ouest et les deux années que j'y ai passé. Nouvelle ville, nouvelle vie, quelques regrets, quelques remords et beaucoup d'appréhension mais il faut aller de l'avant!
Alors au final, que prendre en photo?
J'ai pas mal bougé ces dernières années, laissé beaucoup de gens derrière moi. Encore plus de choses. J'ai apprit à ne plus m'accrocher aux choses matérielles. Et il ne reste plus que moi. Je vous propose donc un autoportrait.

Un peu... tit bout de moi
Prochain thème pour le 25 Mai

Django Unchained

DJANGO
UNCHAINED

Réalisateur : Quention Tarentino
Avec : Jamie Foxx, Christoph Waltz, Leonardo Di Caprio, Kerry Washington, Samuel L. Jackson...
Année de production : 2012
Date de sortie : 16 Janvier 2013
Durée : 2h44

Les Plus
- Les retrouvailles avec un Tarentino au sommet de sa forme!
- Un casting de rêve.
- Des scènes complètement WTF!

Les Moins
- Je cherche encore...

Synopsis
Dans le sud des États-Unis, deux ans avant la guerre de Sécession, le Dr King Schultz, un chasseur de primes allemand, fait l’acquisition de Django, un esclave qui peut l’aider à traquer les frères Brittle, les meurtriers qu’il recherche. Schultz promet à Django de lui rendre sa liberté lorsqu’il aura capturé les Brittle – morts ou vifs. Alors que les deux hommes pistent les dangereux criminels, Django n’oublie pas que son seul but est de retrouver Broomhilda, sa femme, dont il fut séparé à cause du commerce des esclaves…


Si ça c'est pas le casting parfait!
Mon Avis
A l'occasion de la sortie en DVD et en Blu-Ray du dernier chef d'oeuvre de Monsieur Quentin Tarentino, Django Unchained, j'ai décidé de vous offrir une petite chronique de ce film que j'ai purement et simplement adoré du début à la fin! Pourtant, pour être honnête, le Western Spaghetti et le Western en général, c'est loin d'être mon genre cinématographique favori! Mais tout comme, à l'époque, j'avais adoré Inglourious Basterds alors que je n'aime pas non plus les films de guerre, j'ai adoré Django Unchained! Tarentino, ou l'art de faire aimer ses films mêmes aux plus réfractaires. Bref, le film s'ouvre sur une chanson qui nous plonge tout de suite dans l'ambiance : Django, composé par Luis Bacalov pour un Western Spaghetti italien intitulé Django également et produit en 1966.

La première scène introduit les deux personnages qu'on va suivre tout au long du film : le Dr Schultz et Django. Le scénario est mis en place : si Django veut retrouver sa liberté, il doit aider Schultz, chasseur de primes, à traquer une fratrie. Il accepte, évidemment, avec le dessein de gagner sa liberté et de retrouver sa femme Broomhilda. Les deux hommes se lancent alors dans une traque sanglante à la recherche des trois frères. Et ça aurait pu s'arrêter là, mais Schultz se prend d'affection pour Django et décide de l'aider à retrouver Broomhilda avec qui il partage des racines allemandes. Les deux hommes seront alors amenés à Calvin Candie, propriétaire terrien mais également propriétaire de la femme de Django...

Calvin Candie, planté par le talentueux Leonardo Di Caprio, s'avérera être un homme impitoyable, à la limite de la folie. Folie qui sera entretenu par la présence de Stephen, interprété par un Samuel L. Jackson méconnaissable mais brillant. Un noir plus raciste que les blancs. Un homme abject. Heureusement que pour faire face à ces deux personnages qui tirent partie, voire qui glorifient l'esclavage, nous avons Christoph Waltz dans le rôle de Schultz. Prodigieux. Ses répliques valent de l'or. Et évidemment Django, Jamie Foxx. J'ai adoré sa façon calme de jouer, tout en cachant une force et une haine incommensurable. A la hauteur de l'amour qu'il porte à Broomhilda qui elle est jouée par la belle Kerry Washington! Bref, j'arrête là pour le casting mais vous l'aurez compris : c'est un sans faute! Même les rôles secondaires sont brillants.

A travers tous ces personnages, Tarentino nous livre une vision de l'esclavage bien loin du manichéisme habituel avec les gentils noirs et les méchants blancs. Chacun d'entre eux a ses propres intérêts, sa vision du bien et du mal et agit en conséquence. Les trois heures du film passent à une allure folle, on ne s'ennuie pas une seule seconde. Certaines scènes sont hilarantes et les scènes d'action, exagérées et surréalistes, sont tout simplement jouissives! De plus, on ne tombe jamais dans le pathétique, il n'y a aucune leçon, aucune morale et ça, c'est agréable. Et, comme à son habitude, Quentin Tarentino nous offre un final époustouflant, un feu d'artifice, un festival! Un film fort, violent, excellent, qui frôle la perfection. Mon seul petit regret étant de ne pas m'y connaître en Western Spaghetti et donc d'être passée à côté de beaucoup de références et de caméos.

"Tuer des blancs et se faire payer pour ça ? Y a rien a redire."
Conclusion
Une chef-d'oeuvre signé Tarentino! Si vous ne l'avez pas déjà vu, jetez-vous sur le DVD ou le Blu-Ray, empruntez-le à quelqu'un, faites ce que vous voulez mais ne passez pas à côté de ce film!

vendredi 17 mai 2013

Princess Jellyfish [6]

Titre original : 海月姫 [Kuragehime]
Dessin : Akiko Higashimura
Scénario : Akiko Higashimura

Traduction : Yuko K.
Editions : Delcourt
Date de parution japonaise : 2010
Date de parution française : 2012


Synopsis
Princess Jellyfish, c'est l'histoire délirante de six colocataires nolife, dont le quotidien hermétique et monomaniaque va se fissurer suite à l'arrivée en fanfare d'une "nana" trop extravertie pour elles.


Quatrième de Couverture
Inari est prête à tout pour racheter la résidence Amamizu, y compris à se rendre en Corée du Sud pour accélérer la concrétisation de ce projet. Réalisant l’urgence de la situation, Kuranosuke entend bien transformer l’essai : maintenant que la marque "Jellyfish" est officiellement lancée, il faut organiser un défilé de mode! Les Amars ne vont alors avoir que deux nuits pour confectionner une quinzaine de robes...


"On va faire un défilé de mode."
Mon Avis
J'ai un peu triché en faisant la chronique du tome précédent car j'avais déjà lu les deux tomes suivants! C'est pour cela que je me suis permise de qualifier le tome 5 de tome charnière. En effet, comme je le disais, il amorce ce qui se développe dans ce tome 6 puis dans le suivant. Un grand tournant dans la vie des Amars et de Kuranosuke! Le tome s'ouvre sur la scène quelque peu sentimentale qui avait terminé le précédent. Mais très vite le ton change : les Amars et Tsukimi prennent conscience que la résidence est menacée. Alors qu'une librairie du quartier est sur le point d'être détruite, la cupide Inari n'hésite pas à faire le voyage jusqu'en Corée pour rencontrer la mère de Chieko, accessoirement propriétaire de la résidence Amamizu, pour lui parler du rachat tant convoité en l'amadouant de différentes manières.

Le premier gros changement, c'est que cette fois c'est Tsukimi qui prend les choses en main en allant trouver Kuranosuke pour lui demander son aide. Jusqu'à présent, elle se laissait entraîner par les idées folles du jeune homme mais on sent qu'elle commence à y prendre goût, et surtout qu'elle fait confiance à Kuranosuke. Un garçon! Bref, comme toujours, il ne manque pas d'imagination et décide d'organiser un défilé de mode : le premier de la marque Jellyfish! Mais plusieurs problèmes se posent : il n'y a pas assez de robes pour assurer un défilé, et pas de mannequin non plus. En plus des vingt-cinq robes créées pour les Ophélies du volume précédent, les Amars doivent créer de nouveaux modèles et pour cela, Chieko fait appel à une amie à elle. Une créatrice de vêtements... pour poupée! Mlle Nomu partage en effet la même passion que Chieko pour les poupées qu'elle considère comme ses propres filles alors que les êtres humains ne sont que de la vermine. En gros : une Amar puissance dix! Bref, revoilà nos otakettes plongées dans les robes méduses! Reste à trouver un mannequin. C'est là que Kuranosuke a une idée : faire de Mayaya un mannequin! Mais cette dernière n'a pas l'intention de se laisser faire et de défiler devant un public. C'est l'occasion pour nous d'en apprendre un peu plus sur la jeune fille qui, sous ses airs de détraquée, cache une sensibilité qu'on ne lui aurait pas soupçonné. J'ai beaucoup aimé découvrir une nouvelle facette de ce personnage que je n'appréciais pas spécialement mais qui, pour le coup, m'a touchée.

Enfin, ce sixième tome de Princess Jellyfish est vraiment très riche en rebondissement et tout le monde y est mit à l'honneur. Les Amars évidemment, avec sa nouvelle membre, la mère de Chieko qui va nous livrer son opinion sur les jeunes filles qui habitent sa pension, Inari qui va jouer le tout pour le tout, Kuranosuke qui va faire une sorte de coming-out que je vous laisse le soin de découvrir, Shû qui va faire une découverte qui va changer sa vision des choses... Les relations entre toute cette joyeuse compagnie évoluent, et de ce fait, les événements évoluent aussi. L'idée du défilé est lancé, tout le monde s'active pour réaliser ce projet mais les Amars vont-elles vraiment y arriver? Y aura-t-il assez de robes et de mannequins pour assurer le show? Et, pire encore, y aura-t-il un public qui répondra présent à l'invitation? C'est sur toutes ces questions que s'achève le tome 6 de Princess Jellyfish!

Au travail les Amars!
Conclusion
Comme je l'ai dit, un volume très riche qui ouvre la voie à beaucoup de possibilités! On a hâte de savoir comment va se passer le premier défilé de Jellyfish et si les filles vont réussir à surmonter tous les obstacles qui se mettent en travers de leur route vers le rachat de la résidence Amamizu!

mercredi 15 mai 2013

Prophecy [1]


Titre original : 予告犯 [Yokokuhan]
Dessin : Tetsuya Tsutsui
Scénario : Tetsuya Tsutsui
Traduction : David Le Quéré
Editions : Ki-oon
Date de parution japonaise : 2012
Date de parution française : 2012

Quatrième de Couverture
La section de lutte contre la cybercriminalité de Tokyo est sur les dents. Un individu coiffé d’un masque en papier journal poste sur Internet des vidéos menaçantes où il prédit les pires crimes : incendies, agressions, viols... Le problème ? Dès le lendemain, ses prophéties se réalisent à la une des journaux télévisés.

Qui est-il, comment procède-t-il, quelles sont ses motivations ? C’est le début d’une course contre la montre qui mène les inspecteurs jusqu’au siège vide d’un cybercafé de la banlieue de Tokyo. Mais tandis que l’enquête piétine, contre toute attente, le soutien populaire grandit autour du mystérieux personnage. Marginaux, employés tyrannisés par leur hiérarchie, internautes qui hantent les forums de discussion : ils sont de plus en plus nombreux à se retrouver dans son combat.

"Voilà mes prédictions pour demain!"
Mon Avis
La couverture de ce manga m'a interpellée, et j'avais envie de lire quelque chose à des années lumières des histoires d'amour et autres romances. Et bien je peux vous affirmer que je n'ai pas été déçue! A peine Prophecy ouvert, je n'ai pas pu lâcher le manga avant d'avoir tourné la dernière page. Dès le début, nous sommes plongés dans le vif du sujet où nous faisons la connaissance d'un jeune homme qui poste anonymement des vidéos sur Youtube. Paré d'un papier journal sur la tête, se faisant ainsi appeler Paperboy, il annonce à chaque vidéo la punition qui va être infligée à quelqu'un. Très vite, la nouvelle section anti-cybercriminalité de Tokyo va s'emparer de l'affaire avec à sa tête la belle mais froide Erika Yoshino aidée de ses deux acolytes.

Si, au début, les actes de Paperboy n'atteignent que peu de gens, ses interventions vont prendre de plus en plus d'ampleur. N'hésitant pas à utiliser toutes les nouvelles ressources médiatiques maintenant à la portée de tous, il va se déclarer le défenseur des opprimés et va peu à peu gagner le cœur des gens créant ainsi le buzz. On a d'abord tendance à être du côté de la Police, ne comprenant pas les motivations de Paperboy même si Erika Yoshino est assez détestable. Et que, pour des gens de la génération internet comme nous, la diabolisation et l'acharnement dont est victime ce média depuis quelques années a tendance à être lourd. Mais peu à peu, on découvre qui se cache derrière Paperboy, et son histoire. Et on est un peu le cul entre deux chaises... Death Note nous avait déjà démontrer qu'un seul homme pensant avoir le droit de rendre justice devient vite incontrôlable, même si c'était beaucoup moins réaliste. Du coup on a envie de soutenir les actions de Paperboy, tout en sachant que ce n'est pas forcément la bonne solution. Mais plus ça va, moins ceux de la Police nous apparaissent sympathiques et on a du mal, vraiment, à être de leur côté... Sans cesse dans le balancement, la fin du tome nous laisse cependant littéralement sur le cul et c'est à ce moment-là que j'ai su que j'étais face à quelque chose de puissant!

Un thriller haletant servi par un graphisme simple mais efficace, ce premier tome de Prophecy nous plonge donc dans un univers très proche du nôtre. Dénonçant d'une part les inégalités sociales présentes au Japon (mais ça marche pour à peu près tous les pays du monde, la France y compris), et d'autres part les dérives que peuvent engendrer l'importance qu'a prit internet et plus particulièrement les réseaux sociaux aujourd'hui quand n'importe qui peut faire n'importe quoi en utilisant l'anonymat propre à ces médias. Pour autant, la solution est-elle de contrôler tout internet? Où se situe la limite entre le bien et le mal? Est-ce aux citoyens lambda de rendre la justice quand la Police n'en est pas capable? Beaucoup de questions sont posées, et trouveront sans doute leurs réponses dans la suite de ce manga que je ne peux que vous conseiller tant je l'ai aimé! Un coup de cœur!.

"Je commence à me demander ce qui le motive au juste..."

Conclusion
Si, dans les premières pages de Prophecy, j'ai eu peur que l'auteur dénonce (comme c'est la mode en ce moment) tout le mal que peut engendrer internet ou les jeux vidéos, j'ai été agréablement surprise de découvrir quelque chose de bien plus profond. qui, effectivement, aborde les dangers d'internet mais de façon totalement nuancée et mise en relation avec beaucoup d'autres problèmes de société. Un manga à lire d'urgence!!!

lundi 13 mai 2013

C'est Lundi, que lisez-vous? [10]

Rendez vous initié par Mallou et repris par Galleane.

On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :
1. Qu'ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment?
3. Que vais-je lire ensuite ?

La semaine dernière j'ai lu



En ce moment je lis



Ensuite je lirai



 Une semaine passée riche en manga, une semaine à venir dans la même optique. Mais pour ma défense, je quitte Pau le week-end prochain et j'ai emprunté énormément à la Médiathèque avant de ne plus y avoir accès... J'espère vraiment que j'aurai le temps de venir à bout de tout ça, sachant que j'ai abandonné la lecture des 5 tomes du manga Shirayuki aux cheveux rouges en plein milieu du premier tome car je n'ai pas du tout aimé...

Et vous, vous lisez quoi?
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...