Les dernières chroniques

jeudi 9 mai 2013

Princess Jellyfish [5]

Titre original : 海月姫 [Kuragehime]
Dessin : Akiko Higashimura
Scénario : Akiko Higashimura

Traduction : Yuko K.
Editions : Delcourt
Date de parution japonaise : 2010
Date de parution française : 2012


Synopsis
Princess Jellyfish, c'est l'histoire délirante de six colocataires nolife, dont le quotidien hermétique et monomaniaque va se fissurer suite à l'arrivée en fanfare d'une "nana" trop extravertie pour elles.


Quatrième de Couverture
Tsukimi vient de réaliser les sentiments qu'elle éprouve pour Shû. Mais elle ne va pas avoir le temps de se lamenter sur son sort : à cause d'une idée complètement folle de Kuranosuke, la jeune otakette n'aura qu'une seule nuit pour confectionner... vingt-cinq robes méduse?!

Ce sont mes amies, OK?

Mon Avis
Ce cinquième tome commence sur les chapeaux de roue avec un Kuranosuke qui n'a plus peur d'affirmer devant des Humana Coquetta que les Amars sont ses amies. On sent que sa mentalité évolue, qu'il n'a plus honte de fréquenter ces filles. Il plante ainsi ses anciennes copines pour rester avec nos geekettes! De son côté, Tsukimi, toujours perdue dans ses sentiments pour Shû, tente de s'éloigner de Kuranosuke pour ne plus avoir affaire à son grand frère. Mais c'est peine perdu quand Kuranosuke propose aux Amars un barbecue coréen. Oui, oui, la conduite de ces filles est dictée par leur estomac! 

Pour se faire pardonner leur comportement face aux Amars, les copines de Kuranosuke l'invite alors lui et les otakettes à la représentation de leur pièce de théâtre : une version revisitée d'Hamlet de Shakespeare où il n'y a pas moins de vingt-cinq Ophélie. Et, alors que les Amars s'endorment, Kuranosuke est quant à lui désespéré par la laideur des costumes. C'est donc avec son habituel enthousiasme et sa spontanéité qu'il se propose de créer l'intégralités des costumes pour la seconde représentation qui doit avoir lieu... le lendemain! Encore une fois, les Amars sont forcées de quitter leur petit monde et de mettre la main à la pâte. D'autant plus que Kuranosuke a décidé de faire également venir les membres éminents de sa famille, alors il faut assurer!

Les Amars vont-elles réussir? Ou la pression sera-t-elle trop forte pour leurs frêles épaules? C'est la réponse à laquelle répondra ce cinquième volume qui, pour le coup, stagne un peu concernant le développement des personnages mais qui met déjà en place l'intrigue qui va occuper les tomes suivants : la création des robes méduses et le rachat de la propriété Amamizu! Ce volume fait donc office de charnière entre le début de l'histoire et ce qui va arriver. La vie des Amars, mais aussi des autres personnages, est sur le point de basculer. On le sent, mais on ne sait pas encore vraiment comment. Cependant, les dernières pages du manga marquent un tournant sentimental assez intriguant et on a vraiment, vraiment, vraiment envie de savoir la suite!


En mode "éveillée", Tsukimi n'a plus peur d'affronter les
Humanas Coquettas!
Conclusion
Même si, comme je le disais, ce tome fait office de charnière entre les anciennes Amars et les Amars version nouvelles et qu'il ne s'y passe pas grand-chose, il reste très agréable à lire et à regarder. Le coup de crayon d'Akiko Higashimura est toujours aussi beau et elle est vraiment inventive concernant les robes méduses! 
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...