Blog en pause prolongée pour cause de préparation du CRPE...

See you soon... or later!

Les dernières chroniques

Final Fantasy Type-0

mardi 23 avril 2013

Jeudi 17, Dodo 1

Geoffroy Rubbino, il écrit
Antoine Poupart, il dessine
Et même qu'ils ont monté leur propre maison d'édition : Un café, l'édition!
Paru en Décembre 2012

Quatrième de Couverture
"Que font les profs quand ils sont en grève ?".
Ça tombe bien, Jeudi 17, c'est journée de grève à l'école de Gais Pinsons. La maîtresse sera absente. Trois enfants, chacun pour leur propre raison, s'associent pour une mission capitale : ramener leur maîtresse en classe.

"Où peuvent bien se trouver les mythiques poubelles de l'Assiette Dorée ?".
De son côté, loin des préoccupations de nos trois héros mais quand même pas si loin que ça, Dodo le pigeon entame une quête qui le mènera peut-être au trésor.

Ma rencontre avec les créateurs!
Ce week-end s'est déroulé le Festival BD-Pyrénées à Billère, tout près de Pau! Honnêtement, je ne suis pas très branchée BD donc je pensais que j'allais m'ennuyer même s'il y avait quelques stands manga. Puis, au détour d'un stand, un dessinateur en pleine création. Avec un livre au design très scolaire mis en avant et dont le prix était affiché sur une affichette de boucher (si, si, vous savez, les trucs qu'on pique dans la viande!). Petit arrêt pour admirer le monsieur à l'oeuvre et là commence le dialogue. En fait, ils sont deux. Geoffroy Rubbino a écrit l'histoire sous la forme d'un véritable roman. Et Antoine Poupart a procédé au découpage puis l'a mis en image sans rien changé aux mots écrits par son acolyte! Tous les deux ont travaillé sur leur temps de loisir, Antoine étant chef d'entreprise et Geoffroy, instituteur. Puis essuyant plusieurs refus de la part de tous les éditeurs à qui ils ont présenté leur projet, ils ont décidé de monter eux-même leur propre maison d'édition : Un café, l'édition! où ils ont vocation de publier des projets ayant, comme le leur, été refusé dans les maisons d'éditions traditionnels (plus d'informations?) Tous les deux ont pris le temps et l'énergie de répondre à toutes nos questions avec un tel enthousiasme que j'ai eu envie de découvrir le fruit de leur collaboration. D'autant plus que j'ai trouvé toute leur démarche vraiment intéressante, étant moi-même intéressée par l'écriture. Du coup, j'ai mon exemplaire de Jeudi 17, Dodo 1 dédicacé et je l'ai dévoré dans la soirée!

Ma dédicace... Si, si!
Mon Avis
Comme je le disais, je ne suis vraiment pas branchée bande-dessinée Franco-Belge. Ni même comics. D'ailleurs, sans la discussion avec ses auteurs, je ne me serais sans doute pas plus intéressée à Jeudi 17, Dodo 1 qu'à n'importe quelle autre BD. Mais voilà, la démarche m'a intéressée. Surtout le fait de partir d'un manuscrit rédigé façon livre pour en faire un découpage en case sans changer un mot de ce qui a été écrit. Mais avec le risque de trahir en image ce que l'auteur a imaginé en mots. Parce que le propre de la littérature, c'est bien d'éveiller la curiosité et l'imagination du lecteur. Aussi, si Geoffroy Rubbino avait demandé à 10 illustrateurs de mettre son manuscrit en image, il aurait sans doute eu 10 résultats tous très différents les uns des autres. Mais le résultat issu de la collaboration entre Geoffroy et Antoine est, à mes yeux, parfait!

Ce qui me gêne le plus en BD, c'est souvent le dessin. Entre les vieilles licences qui manquent de dynamisme avec des suites de cases carrées, et les nouvelles licences qui, à force de vouloir se démarquer, font des trucs de plus en plus conceptuels... Je ne m'y retrouve pas! Ici, Antoine Poupart a su garder une touche de traditionnel, notamment dans les traits des personnages, tout en se démarquant et en donnant un certain dynamisme à son cadrage. Plus le choix du noir et blanc que je cautionne complètement étant fan de manga. Concernant le scénario, il est vraiment chouette. Il part vraiment d'une idée toute bête : des enfants qui ne veulent pas que leur maîtresse fasse grève. Mais Geoffroy Rubbino, passionné de littérature et de poésie, a su en faire quelque chose de drôle et de fin. Beaucoup de jeux de mots, de petites notes qui ajoutent encore une touche d'humour, et des surprises au fil des pages!

Jeudi 17, Dodo 1 est donc le premier volume d'une série de trois. L'histoire est déjà complètement rédigée et il faut maintenant attendre que la suite soit publiée. Ce n'est pas encore connu, c'est une oeuvre indépendante, auto-financée mais qui vaut franchement le coup d’œil.  Sincèrement, quand je vois ce qui se publie aujourd'hui alors que des passionnés comme Antoine et Geoffroy, qui proposent un travail de qualité et déjà prêt à être publié du début à la fin, essuient des refus... je me pose des questions! Donc voilà, j'en profite pour leur faire un peu de pub parce que leur livre n'est pas encore disponible dans les librairies (sauf à  la librairie L'Escale à Aurignac -31-) mais vous pouvez le commander sur le site de leur maison d'édition : Un café, l'édition! Ça coûte 14,50€, c'est drôle, et ça permettra en plus à de nouveaux talents de pouvoir émerger via cette maison d'édition auto-financée!

Conclusion
Vous l'aurez sans doute compris tout au long de cet article : il s'agit là d'un double coup de cœur  D'abord pour les créateurs de Jeudi 17, Dodo 1 qui sont vraiment adorables, disponibles, drôles, passionnés... Puis pour leur BD qui, si je l'ai acheté pour soutenir leur démarche, s'est avérée être une excellente surprise! J'espère sincèrement que ces deux-là iront loin parce qu'ils le méritent.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...