Les dernières chroniques

mardi 25 décembre 2012

Top Ten Tuesday [2] - Les 10 livres que je garderai à tout prix dans ma bibliothèque s'il ne devait rester qu'eux

Le Top Ten Tuesday est un rendez-vous hebdomadaire dans lequel on liste notre top 10 selon le thème littéraire défini. Ce rendez-vous a initialement été créé par The Broke and the Bookish et repris en français sur le blog de Iani.

Tout d'abord Joyeux Noël à toutes et à tous =)

Cette semaine, à l'occasion du thème libre, j'ai choisi le thème du 8 Novembre 2011 alors je vais vous dévoiler quels sont les 10 livres que je garderai à tout prix dans ma bibliothèque s'il ne devait rester qu'eux!


Au sommet de la pyramide, sans hésitation ce sera La Nuit des Temps de Barjavel! Mon livre favori entre tous, celui que je ne me lasserai jamais de lire et de relire!


 

Deux livres qui m'ont fait voir la vie autrement : Mange, prie, aime d'Elizabeth Gilbert et Totto-Chan de Tetsuko Kuroyanagi. Deux livres bien différents mais deux belles leçons de vie!



Pour mes envies de lectures légères, pétillantes et drôles, rien de mieux que notre Bridget internationale et l'Accro du Shopping :)



Deux livres de Cecelia Ahern que j'adore : La Vie est un arc-en-ciel et La Vie et Moi!



Je ne pourrais pas non plus me séparer de ce petit bijou de poésie de Tim Burton <3




Deux de mes mangas préférés  Peach Girl de Miwa Ueda et Tsubasa Reservoir Chronicle de CLAMP!


Et le dernier mais pas le moindre, la saga Harry Potter! Vous pensiez que je l'avais oublié?!


 Et je recompte,et ça fait onze mais... c'est trop difficile de ne choisir que 10 livres à garder! Je n'arrive pas à m'imaginer me séparer d'un seul des romans de ma bibliothèque, sauf peut-être ceux que j'ai été forcée d'acheter dans le cadre de mes études!

lundi 17 décembre 2012

Quand j'étais Jane Eyre

Auteure : Sheila Kohler
Titre Original : Becoming Jane Eyre
Traductrice : Michèle Hechter
Parution Américaine : 2009
Parution Française : 2012
Éditeur : La Table Ronde

Quatrième de Couverture
Dans le calme et la pénombre, au chevet de son père qui vient de se faire opérer des yeux, Charlotte Brontë écrit, se remémore sa vie, la transfigure. Elle devient Jane Eyre dans la rage et la fièvre, et prend toutes les revanches : sur ce père, pasteur rigide, désormais à sa merci, sur les souffrances de son enfance marquée par la mort de sa mère et de deux sœurs aînées, sur sa passion malheureuse pour un professeur de français à Bruxelles, sur son désespoir face à son frère rongé par l'alcool et la drogue, sur le refus des éditeurs qui retournent systématiquement aux trois sœurs Brontë leurs premiers romans, envoyés sous pseudonyme.

Sheila Kohler se glisse dans la tête de Charlotte Brontë et de son entourage afin de décrire les méandres de la création. Sans se départir du style cristallin de ses précédents ouvrages, elles restitue avec finesse le climat qui a donné naissance aux œuvres des sœurs Brontë : Jane Eyre, bien sûr, mais aussi Les Hauts de Hurlevent et Agnes Grey, trois joyaux de la littérature anglaise.

Le nom lui vient comme ça. Elle ne croit pas l'avoir jamais entendu. A-t-elle connu quelqu'un qui le portait ? Est-il inspiré de la rivière et de la belle vallée de l'Ayre qu'elle connaît si bien? Vient-il de l'air, ou du feu, peut-être? Il y aura du feu et de la colère dans son livre, il sera en guerre contre le monde tel qu'il est. Injuste ! Injuste ! 

Le Choix du Livre
Encore un emprunt à la Médiathèque! Je suis fasciné par l'histoire de Jane Eyre, et plus globalement par les soeurs Brontë, depuis toujours. Aussi, le seul titre m'a suffit à avoir envie de lire ce roman!

Mon Avis
Aidée de biographies, de témoignages, de lettres et bien évidemment des romans des trois soeurs,  la romancière Sheila Kohler, nous livre l'histoire de la famille Brontë et plus particulièrement celle de Charlotte, au moment où celle-ci se lance dans l'écriture de ce qui va devenir l'un des plus grands succès littéraires anglais : Jane Eyre. Seule auprès de son père convalescent, Charlotte a tout le loisir de penser, de revenir sur son passé, sur la perte de ses deux soeurs aînées, sur ses amours déçus avec cet homme qu'elle n'arrive pas à oublier, sur ses échecs auprès des éditeurs... Et nous, lecteurs, avons l'honneur d'avoir accès à tout cela, et de comprendre comment se sont tisser les fils qui ont doucement donné naissance au roman de Charlotte Brontë. Mais pas que! En effet, la narration se veut omnisciente et nous avons donc le loisir de connaître les pensées de la plupart des personnages, notamment les deux autres soeurs, Anne et Emily à qui l'on doit Les Hauts de Hurlevent et Agnes Grey et leur père. Seul leur frère, Branwell, reste autant un mystère pour nous que pour sa famille. Alcoolique et drogué, ce personnage sera cependant présent tout au long de Quand j'étais Jane Eyre, et il inspirera certains traits de caractère des personnages imaginés par les soeurs Brontë.

Il y a de fortes chances pour que l'écriture de Jane Eyre ne se soit absolument pas passé comme Sheila Kohler l'a imaginé. Cela dit, les grandes lignes de l'histoire connue de cette famille brisée mais unie dans le malheur sont respectées. Quant au reste, il nous permet d'imaginer ce qu'a pu être la vie de ces femmes qui se sont battues et qui n'ont jamais renoncé à l'écriture dans une Angleterre victorienne où l'écriture n'est pas l'apanage des femmes, ou rien n'est l'apanage des femmes d'ailleurs, et où elles devront d'ailleurs commencé par publier sous des pseudonymes masculins avant que Charlotte ne décide d'assumer ses écrits, de s'affirmer et donc de se dévoiler au grand public. Acte que ses soeurs, dont les livres ont obtenus moins de succès à l'époque, ne cautionneront pas forcément. Et le succès aléatoire d'Anne et d'Emily, puis de Charlotte, ne fera qu'accentuer un climat de rivalité entre ces soeurs pourtant si proches. On imagine facilement ce qu'a pu ressentir Charlotte quand seul son livre n'a pas été publié aux côté de ceux de ses soeurs. On peut imaginer la jalousie de ces mêmes soeurs dont les oeuvres seront finalement évincé par le succès de leur aînée qui, en plus, aura le privilège d'avoir un éditeur honnête.

Quoi qu'il en soit, j'ai vraiment bien aimé ce roman qui traite de sujets que j'affectionne particulièrement : les soeurs Brontë et l'Angleterre du XIXème siècle. Bien que la condition des femmes de cette époque ne soit pas une des plus enviable, j'ai toujours adoré les destins de ces héroïnes tragiques et romanesques. Et Charlotte Brontë est ici à l'image des personnages qu'elle a créée. L'héroïne d'un livre qu'elle aurait pu écrire elle-même. Quand j'étais Jane Eyre est donc un livre qui ne nous apprend donc rien de plus sur la vie des Brontë que les biographies à leurs sujet, mais qui nous permet d'imaginer de façon un peu plus douce et romancée la genèse de l'oeuvre qu'a été et qu'est encore Jane Eyre. Ce roman de Sheila Kohler, en plus de nous plonger dans le quotidien de Charlotte et de ses soeurs, nous donne envie de nous plonger ou de nous replonger dans leurs oeuvres incontournables! C'est pourquoi j'ai l'intention de les relire mais aussi de me lancer dans un marathon de leurs adaptations cinématographiques!

Qui donc voudrait lire les écrits de la fille d'un obscur pasteur, installé au fin fond du Yorkshire ? Et qu'est-ce qu'elle a bien pu raconter ? Que sait-elle, ayant vécu la plus grande partie de sa vie isolée, préservée, protégée dans son presbytère reculé, sans rien autour d'elle sinon la lande nue, ses sœurs célibataires, sa tante célibataire, une vieille servante ignorante, un frère délinquant et un père pasteur ?

La Conclusion
Quand j'étais Jane Eyre est un livre que je recommanderais aux passionnés du genre, pour peu qu'ils soient assez ouverts d'esprit pour faire la part du réel et la part de fiction et qu'ils ne prennent pas ce roman pour une biographie pure et simple. J'ai personnellement passé un moment agréable en compagnie de Charlotte, mais il m'a quand même fallut un petit temps d'adaptation au début...

C'est Lundi, que lisez-vous? [3]

Rendez vous initié par Mallou et repris par Galleane.

On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :
1. Qu'ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment?
3. Que vais-je lire ensuite ?

La semaine dernière j'ai lu
Quand j'étais Jane Eyre
de Sheila Kohler

En ce moment je lis
Belle de Jour
de Joseph Kessel

Ensuite je lirai
Une Rose au Paradis
de René Barjavel
Dans le cadre d'une LC avec


Et vous, que lisez-vous en ce Lundi?

dimanche 16 décembre 2012

In My Mailbox [2]

In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. L'idée a été adaptée en France par Liliebook. C'est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés.

Tout petit IMM cette semaine puisque je n'ai pas fait de détour par la Médiathèque vu tout ce que j'ai déjà emprunté! Du coup, j'ai juste commandé le deuxième volume de la série Birth Marked : Bannie. J'ai hâte de me plonger dans la suite de cette histoire!


Caragh O'Brien - Birth Marked : Bannie


Et vous, qu'y avait-il dans votre Mailbox cette semaine?

samedi 15 décembre 2012

Persepolis, d'après la BD éponyme de Marjane Satrapi

PERSEPOLIS

Réalisateurs : Marjane Satrapi & Vincent Paronnaud
Produit en 2007
Sortie le 27 Juin 2007 (France)
Durée : 1h35

Les Plus :
- Un dessin animé traitant d'un fait réel et grave mais qui ne manque pas d'humour.
- La lumière est faite sur des évènements dont, finalement, on ne sait pas grand-chose.
- Un film qu'on peut cependant apprécier même sans connaître son contexte historique et qui nous donne envie d'en savoir plus!

Les Moins :
- Avant, j'aurai sans doute parlé du style graphique qui m'a longtemps rebuté au point de ne pas regarder le film mais en fait on s'y fait très vite!


Synopsis
Téhéran 1978 : Marjane, huit ans, songe à l'avenir et se rêve en prophète sauvant le monde. Choyée par des parents modernes et cultivés, particulièrement liée à sa grand-mère, elle suit avec exaltation les évènements qui vont mener à la révolution et provoquer la chute du régime du Chah.
Avec l'instauration de la République Islamique débute le temps des "commissaires de la révolution" qui contrôlent tenues et comportements. Marjane qui doit porter le voile, se rêve désormais en révolutionnaire.
Bientôt, la guerre contre l'Irak entraîne bombardements, privations, et disparitions de proches. La répression intérieure devient chaque jour plus sévère.
Dans un contexte de plus en plus pénible, sa langue bien pendue et ses positions rebelles deviennent problématiques. Ses parents décident alors de l'envoyer en Autriche pour la protéger.
A Vienne, Marjane vit à quatorze ans sa deuxième révolution : l'adolescence, la liberté, les vertiges de l'amour mais aussi l'exil, la solitude et la différence.

A bas le Chah! A bas le Chah!

Le Choix du Film
Depuis le temps que tout le monde me dit que c'est un film super-méga-génial que je dois absolument voir, j'ai profité de tomber sur le DVD à la BU pour l'emprunter. Même si j'avoue que jusqu'au bout, je suis restée sceptique parce que les dessins m'emballaient vraiment pas!

Mon Avis
Aujourd'hui, je vais vous parler en tant que véritable panda inculte parce que je n'ai jamais daigné ouvrir la BD dont est adapté le film et qu'en plus, je n'ai aucune connaissance des faits historiques racontés! C'est donc avec un regard plein d'innocence que j'ai découvert la vie de la petite Marji en Iran, sous le régime du Chah, puis sous la République Islamique. Le tout sur fond de guerres et de révolutions. Révolution en Iran, mais aussi révolution dans la vie de notre héroïne qui passe d'une enfance choyée dans un pays certes en guerre mais dans une famille hors du commun, avec des parents et une grand-mère ouverts et cultivés, à une adolescence seule dans un pays étranger à la découverte des aléas de la vie et de l'amour. Persepolis a donc la prétention de retracer à la fois une grande partie de l'histoire de Marjane et une grande partie de l'Histoire de l'Iran, ce qui peut paraître énorme pour un film d'à peine 1h30. Mais en fait non.

Tout va très vite mais l'essentiel est dit et montré. On comprend très bien la situation du pays, et la situation de Marjane et de sa famille. On assiste à des évènements graves et tragiques, mais jamais Marjane ne s'apitoie sur ce qu'elle a vécu et, au contraire, fait preuve de beaucoup d'humour voire de légèreté compte tenu du drame qui se déroule devant nos yeux. Drame autant personnel que social et politique puisque la situation de l'Iran fait qu'il est préférable pour une adolescente telle que Marjane de quitter ce pays dans lequel elle ne peut pas laisser libre cours à ses idées et où chacune de ses tentatives pour garder un semblant de liberté intellectuelle la mette en danger. Ses parents l'envoie donc en Autriche, où elle essaye de tenir la promesse faite à sa grand-mère : rester intègre et ne pas oublier d'où elle vient. Combat bien difficile pour la jeune iranienne qui, si elle se sentait oppressée en Iran, ne se sent pas forcément plus à sa place dans ce nouveau pays. A un âge où il est déjà difficile de savoir qui l'on est et d'où l'on vient, la petite Marji devra se chercher d'autant plus avant de trouver sa voie.

Persepolis est donc un film hors du commun, qui ne ressemble à aucun autre tant par son originalité graphique que par le sujet qu'il aborde et la façon dont il le traite. Il retrace un évènement social et politique particulier dans une famille particulière. Mais le fait qu'il s'agisse d'un dessin animé, en noir et blanc qui plus est, le rend universel et lui évite beaucoup de préjugés. Ce qui n'est pas de l'avis de tout le monde cependant, quand on pense à tout le remue-ménage qu'il y a eut à sa sortie dans certains pays, et sa censure pure et simple dans d'autres. Je vais pas revenir sur tout ce qui est polémique et politique parce que ce sont deux choses que je ne maîtrise absolument pas. Alors pour compenser ça, je vais vous parler de la grand-mère de Marjane qui est sans aucun doute mon personnage préféré! Elle est juste délirante, et elle me rappelle limite ma grand-mère à moi dans sa manière d'aborder la vie, de dire les choses clairement et de pas se prendre la tête pour des broutilles! Que dire de plus? Si vous n'avez pas vu ce dessin animé, n'attendez plus et lancez-vous (je dis ça dans l'espoir de ne pas avoir été la seule à attendre autant de temps pour me décider!).

"Dans ta vie, tu rencontreras beaucoup de trous du cul."
La grand-mère de Marjane

Conclusion
Un film à voir absolument si ce n'est pas déjà fait! Je regrette d'avoir attendu si longtemps à cause de mes préjugés absurdes pour découvrir ce petit bijou. Même si, je l'avoue, avec tout le bien qu'on m'en a dit j'en attendais peut-être un chouïa plus mais Persepolis a quand même plus que rempli son contrat! Pour dire, j'ai même envie de lire la BD alors que je ne suis pas une grande fan du genre!


lundi 10 décembre 2012

C'est Lundi, que lisez-vous? [2]

Rendez vous initié par Mallou et repris par Galleane.

On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :
1. Qu'ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment?
3. Que vais-je lire ensuite ?

La semaine dernière j'ai lu
Maintenant qu'il fait tout le temps nuit sur toi
de Mathias Malzieu

En ce moment je lis
Quand j'étais Jane Eyre
de Sheila Kohler

Ensuite je lirai
Belle de Jour
de Joseph Kessel


Et vous, que lisez-vous en ce Lundi?

dimanche 9 décembre 2012

Les Mondes de Ralph

Les Mondes de Ralph


Titre original : Wreck-It Ralp
Réalisateur : Rich Moore
Produit en 2012
Sortie le 5 Décembre 2012 (France)
Durée : 1h41

Les Plus :
- Un univers rempli de références vidéo-ludiques.
-Des personnages attachants qui vous feront rire et pleurer!
- Une bande originale géniale, avec de la J-Pop!
- Les graphismes sont beaux et aussi variés que les univers des jeux vidéo représentés.

Les Moins :
- Pourquoi Sugar Rush n'existe pas en vrai jeu vidéo?


Synopsis
Dans une salle d’arcade, Ralph la Casse est le héros mal aimé d’un jeu des années 80. Son rôle est simple : il casse tout ! Pourtant il ne rêve que d’une chose, être aimé de tous…
Vanellope Van Schweetz quant à elle, évolue dans un jeu de course, fabriqué uniquement de sucreries. Son gros défaut : être une erreur de programme, ce qui lui vaut d’être interdite de course et rejetée de tous…
Ces deux personnages n’auraient jamais dû se croiser… et pourtant, Ralph va bousculer les règles et voyager à travers les différents mondes de la salle d’arcade pour atteindre son but : prouver à tous qu’il peut devenir un héros… Ensemble, arriveront-ils à atteindre leurs rêves ?

Ralph chez les Méchants Anonymes!

Le Choix du Film
Etant une grande fan de Disney et des jeux vidéo, je ne pouvais décemment pas passer à côté du petit dernier des Studios d'animation Disney! 

Mon Avis
Ralph est, le méchant du jeu Fix-It Felix Jr. Un petit jeu de borne d'arcade ou, tandis qu'il détruit tout, le joueur incarne le gentil Felix qui répare tout derrière le gros méchant Ralph. Mais une fois la salle d'arcade fermée, le petit monde de Fix-It Felix Jr. se retrouve pour festoyer dans les luxueux appartements du building détruit par Ralph partie après partie, tandis que ce dernier se retrouve seul dans son lieu d'habitation : une décharge! A l'occasion des 30 ans du jeu, une fête est organisée chez Felix, et Ralph n'y est pas convié. Le gros balourd attachant décide d'y aller quand même mais ne manque pas de faire quelques dégâts sur son passage. Les autres lui font gentiment comprendre que c'est un méchant et que les médailles, c'est pour les gentils. Et, pensant que Ralph n'en obtiendrait jamais, ils lui promirent que s'il réussissait à en obtenir une, alors il aura aussi droit à son appartement. Ni une, ni deux, voilà notre Ralph parti à la conquête d'une médaille à travers différents mondes vidéo-ludiques qui, bien que créés spécialement pour le film, ne sont pas sans rappeler des univers de jeux bien réels! Faisant d'abord un tour dans un jeu HD de style FPS répondant au nom de Hero Duty, il atterrira ensuite dans un jeu de kart coloré, Sugar Rush, où il fera la connaissance de la petite Vanellope Von Schweetz. Une gamine sans doute aussi seule que lui car considérée comme un bug, une erreur du jeu qui n'aurait pas dû exister. Nos deux comparses vont alors faire équipe pour essayer de se faire une place dans l'univers impitoyable du jeu vidéo...

J'ai énormément de choses à dire sur ce film que j'ai vraiment adoré! Dès les premières minutes, je me suis sentie en terrain connu avec des clins d'oeil et des caméos de personnages de jeux vidéo qui m'étaient familiers. Mais j'avoue que j'appréhendais un peu que tout le film ne soit basé que sur ces références et qu'il s'appuie là-dessus pour nous délivre un scénario pauvre. En d'autres termes, j'avais peur que Les Mondes de Ralph soit un "attrape-geek" et une belle arnaque! Aussi, grande fut ma joie quand je me suis aperçue que ce n'était pas du tout le cas! Il y a effectivement plein de références aux jeux vidéos (Sonic, Pacman, Super Mario Bros, Metal Gear Solid, Q*Bert, et bien d'autres), mais à côté de ça, ce n'est pas un mais bien trois autres univers tous différents les uns des autres et qui reprennent les codes des jeux vidéo qui ont été entièrement créés par les Studios Disney! L'univers de Fix-It Felix Jr. est un jeux qu'on qualifierait de rétro. Tout de pixel créés, il n'est pas sans rappeler les tout premiers Donkey Kong lorsque le gros singe appartenait encore à l'univers de Mario. Le monde de Hero Duty est celui d'un bon gros FPS à la Gears of War, Halo ou encore Bioshock pour les connaisseurs, avec une référence certaine à Call of Duty pour le titre. Et enfin le jeu Sugar Rush, un jeu de course de kart kawaii, coloré, avec une "Rainbow Road" digne de Mario Kart! On prend vraiment plaisir à voir nos deux héros évoluer à travers ces différents styles de jeux remplis de personnages très caractéristiques de chacun d'entre eux (mention spéciale au Sergent Calhoun) qui vont pourtant se côtoyer. Vous vous êtes déjà demandé comment Princesse Peach survivrait dans un Resident Evil par exemple?

C'est marrant de se poser ce genre de questions et pourtant ça ne m'était jamais venu à l'esprit. De même qu'imaginer que les personnages de jeux vidéos ont leur petite vie bien à eux dès que nous éteignons la console! Qu'il existe une sorte de centrale où ils se retrouverait tous après leur journée de dur labeur. Du coup, hier soir en rentrant du cinéma, je n'ai pas pu m'empêcher de me demander ce qu'étaient en train de faire Lightning, Snow, Vanille et les autres personnage de Final Fantasy XIII pendant que je regardais le film! Mais revenons-en à nos deux joyeux loufoques : Ralph la Casse et Vanellope Von Schweetz. Un duo plutôt inattendu, un (faux) méchant et une petite fille buggée, mais qui marche bien. Deux personnages attachants avec une mention spéciale à Vanellope que j'ai tout simplement adoré! Elle est mignonne à souhait, avec une langue bien pendue, et en plus elle vit dans un monde de sucrerie. Un monde qui, par ailleurs, est sublime graphiquement parlant! Les textures sont magnifiques et les graphismes n'ont rien à envier à Pixar! La 3D reste, selon moi, une option pas nécessaire (voire inutile) à la qualité du film (d'autant plus que ça a tendance à me donner la migraine) mais c'est difficile de trouver un cinéma qui diffuse les films en 2D maintenant... Et pour finir, le tout est porté par des musiques variées et entraînantes puisqu'on va de Skrillex à Rihanna en passant par la J-Pop d'AKB48! Les Studios Disney nous auraient-ils pondu un petit chef-d'oeuvre? A vous de me le dire!

Vanellope et Ralph à Sugar Rush
Conclusion
En ce qui me concerne en tout cas, Les Mondes de Ralph a été un vrai coup de coeur! J'ai adoré ce film d'animation du début à la fin et je ne saurais que trop le conseiller à tout le monde! Que vous soyez petit ou grand, geek ou pas, vous apprécierez forcément ces deux personnages si attachants. Si vous êtes familier à l'univers des jeux vidéos, vous ne pourrez pas vous empêcher d'essayer de trouver toutes les petites références parsemées dans le film. Mais si cet univers vous est étranger, peu importe parce que le scénario se suffit à lui-même! Et qui sait, peut-être que ça vous donnera envie de découvrir les joies du jeu vidéo?


Voir la bande-annonce?

samedi 8 décembre 2012

[Challenge] Romans Cultes


Pour bien commencer ce blog, je me lance dans mon premier challenge : le Challenge Romans Cultes! Organisé par Métaphore et découvert sur le jolie blog Ma Danse du Monde, j'ai tout de suite eu envie de me lancer dans cette aventure! La raison? La liste de ce challenge est pleine de livres que j'ai toujours eu envie de lire, mais dont je repousse toujours l'échéance alors c'est le moment ou jamais! En plus, le challenge ne se termine que le 31 Août 2014 (il a débuté le 31 Août 2012), de quoi me laisser le temps de faire de belles découvertes!


Pour participer c'est simple, il faut s'inscrire dans une de ces quatre catégories :
- Peut mieux faire (2 livres de la liste)
- C’est déjà ça ! (4 livres)
- Culture générale (6 livres)
- On ne m’arrête plus ! (10 livres et plus)


Puis il faut lire des livres de la liste suivante : 

1984 – George Orwell
Le meilleur des mondes – Aldous Huxley
L’attrape-cœurs – J.D. Salinger
Des souris et des hommes – John Steinbeck
La Vie devant soi – Romain Gary
Fahrenheit 451 – Ray Bradbury
Sur la route – Jack Kerouac
Le vieux qui lisait des romans d’amour – Luis Sepulveda
La nuit des temps – René Barjavel
Les Piliers de la Terre – Ken Follett
Le Journal d’Anne Frank – Anne Frank
American Psycho – Bret Easton Ellis
Des fleurs pour Algernon – Daniel Keyes
Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur – Harper Lee
Le K – Dino Buzzati
Le Parfum – Patrick Süskind
La conjuration des imbéciles – John Kennedy Toole
La ballade de l’impossible – Haruki Murakami
Cent ans de solitude  – Gabriel García Márquez
L’insoutenable légèreté de l’être – Milan Kundera
Bonjour tristesse – Françoise Sagan
L’herbe bleue – Anonyme
Lolita - Vladimir Nabokov
Siddhartha – Hermann Hesse
Le lièvre de Vatanen – Arto Paasilinna
Belle du Seigneur – Albert Cohen
Les choses – Georges Perec
L’écume des jours – Boris Vian
Chroniques de San Francisco Tome 1 – Armistead Maupin
Sa majesté des mouches – William Golding
Ubik – Philip K. Dick
Le monde selon Garp – John Irving
Gatsby le Magnifique – Francis Scott Fitzgerald
Dalva – Jim Harrison
Le lion – Joseph Kessel
Le vieil homme et la mer – Ernest Hemingway
Mon chien stupide – John Fante
Le Dahlia Noir – James Ellroy
Cycle de Dune Tome 1 Dune – Frank Herbert
Tendre est la nuit - Francis Scott Fitzgerald
Dix petits nègres – Agatha Christie
Jonathan Livingston le Goéland – Richard Bach
Contes de la folie ordinaire – Charles Bukowski
Trilogie new-yorkaise : Cité de verre ; Revenants ; La chambre dérobée – Paul Auster
Le seigneur des Anneaux. L’intégrale – J-R-R Tolkien
Pourquoi j’ai mangé mon père – Roy Lewis
Le Nom de la rose – Umberto Eco
Beloved – Toni Morrison
Je suis une légende – Richard Matheson
37°2 le matin – Philippe Djian
Le Guépard – Giuseppe Tomasi di Lampedusa
Le Docteur Jivago – Boris Pasternak
Le choix de Sophie – William Styron
Au-dessous du volcan – Malcolm Lowry
2001 : L’odyssée de l’espace – Arthur-C Clarke
Manon Lescaut – Abbé Prévost
Orgueil et préjugés – Jane Austen
Un amour de Swann – Marcel Proust
Dracula – Bram Stoker
La planète des singes – Pierre Boulle
Bel Ami – Guy de Maupassant
Anna Karénine – Léon Tolstoï
Les Hauts de Hurlevent – Emily Brontë
Jane Eyre – Charlotte Brontë
Les liaisons dangereuses – Pierre Choderlos de Laclos

Rajouts:
Les quatre filles du docteur March – Louisa May Alcott
La peste – Albert camus
L’île au trésor – Robert Louis Stevenson
Le tour du monde en 80 jours – Jules Verne
Les raisins de la colère – John Steinbeck
Poil de carotte – Jules Renard


Je me suis inscrite dans la catégorie "On ne m'arrête plus!" évidemment, histoire de bien me motiver! Pour les livres, en ROUGE ceux que j'ai déjà lu (si peu!) et en VERT, ceux que j'aimerai vraiment lire à l'occasion de ce challenge!

Qui est partant pour se lancer dans ce challenge?

vendredi 7 décembre 2012

Maintenant qu'il fait tout le temps nuit sur toi

Auteur : Mathias Malzieu
Parution Française : 2005
Editeur : Flammarion

Quatrième de Couverture
Mathias, un jeune homme d'une trentaine d'années, vient de perdre sa mère. Sur le parking de l'hôpital, il rencontre un géant qui l'aide à accepter de vivre malgré cette disparition et l'invite à un voyage fantastique dans le pays des morts. Cette évasion dans l'imaginaire lui permettra de passer d'un monde enfantin peuplé de super héros rassurants au monde plus cru et cruel des adultes.

Dans la lignée d'un Tim Burton ou d'un Lewis Carroll, Mathias Malzieu signe ici un texte unique, à la fois conte d'initiation survolté et roman intimiste bouleversant. Un texte d'une force, d'une drôlerie et d'une poésie universelles, écrit parfois comme on peut crier sa douleur, ou l'envelopper dans le coton de ses rêves.

"Est-ce qu'il ne fait pas trop froid là-bas, est-ce que tu sais les fleurs sur le toit de toi, est-ce que tu sais pour l'arbre que l'on va devoir couper, est-ce que tu sais pour le vent qui agite les volets de la cuisine et secoue ton ombre sur le carrelage?"

Le Choix du Livre
Première visite à la Médiathèque de Pau, je me rappelle de ce livre que j'ai envie de lire depuis un certain temps : La Mécanique du Coeur, de Mathias Malzieu. Je déambule, je déambule, je trouve enfin le bon rayon mais là, aucune trace du livre convoité... C'est alors que je découvre Maintenant qu'il fait tout le temps nuit sur toi et sa sublime couverture.

Mon Avis
C'est toujours très difficile d'émettre un avis, qu'il soit positif ou négatif, sur une oeuvre aussi personnelle que celle de Mathias Malzieu. Le narrateur ressemble étrangement à l'auteur. Et même sans connaître son histoire personnelle, on comprend très vite que ce récit - au-delà du fantastique - est autobiographique. Mathias perd sa maman au début du roman. Ne lui reste alors que le vide. Tout ce vide dont il ne sait que faire. Débarque alors Jack, ce géant ombrologue tout droit sorti d'un univers Burtonien, qui va lui prêter une nouvelle ombre. Une ombre guérisseuse, qui lui permettra de colmater le vide. Petit à petit. Rester en vie quand on a l'impression que plus rien ne peut nous y rattacher. Maintenant qu'il fait tout le temps nuit sur toi raconte donc une année du deuil de Mathias aidé de Giant Jack. Une année remplie d'émotions, de beaucoup de larmes, de questions, d'envie de lâcher prise, mais aussi d'espoir, de sourire, de retour à la vie. Autant pour Mathias que pour le lecteur.

Le plus frappant dans ce roman, c'est la justesse des mots utilisés par Mathias Malzieu. Il fait des associations de mots souvent improbables, la plupart du temps poétiques, mais toujours très imagées et surtout très vrais. Etant passé par les mêmes épreuves que notre héros, en lisant ces lignes, en tournant ces pages les unes après les autres, je n'arrêtais pas de penser que c'était exactement ce que je ressentais à cette période-là. Ce que je ressentais et sur quoi je n'arrivais pas à mettre les mots. Et c'est sûrement le cas de la plupart des gens, c'est pourquoi l'écriture de Mathias Malzieu est si onirique, si poétique. On ne peut pas mettre de simples mots de tous les jours pour décrire ça. Pour décrire la mort. Je crois qu'il faut être un peu poète pour y arriver, et aussi l'avoir vécu. Je crois que, faute d'avoir un géant pour m'aider, j'aurai aimé avoir ce livre pour m'aider à comprendre ce qui m'arrivait il y a 12 ans.

Mais un livre qui ne traite que du deuil, je pense que ce serait très vite ennuyeux. Ou déprimant. C'est là que le fantastique fait la différence! On pourrait passer 170 pages à se lamenter sur son sort ou sur celui de Mathias, mais Giant Jack apparaît toujours au bon moment pour nous décrocher un petit sourire. Ce géant au grand coeur m'a énormément touchée dans le sens où il est toujours là pour aider Mathias, pour lui changer les idées, pour le redonner espoir. Mais à côté de ça, il ne cherche pas non plus à lui dire les banalités habituelles du genre "ça passera avec le temps", "si elle te voit de là-haut, elle préférerait que tu sois  heureux". En vérité, la plupart du temps, il partage avec Mathias un petit bout de sa vie. Souvent, ça prête à sourire parce que Giant Jack a un certain humour. Mais en lisant ses paroles un peu plus en profondeur, on se rend vite compte que Jack est un géant seul, et sûrement malheureux. Éphémère dans la vie des gens qu'il aide. Moi, j'aimerai bien avoir un géant auprès de moi...

"Contrôle d'identité, s'il vous plaît. Veuillez sortir les étoiles de vos poches, de vos cheveux, de vos yeux. Tout ce qui brille, vous le déposez dans le sac en plastique : vos sourires, vos souvenirs, vous n'en aurez plus besoin là où vous allez maintenant."

La Conclusion
Je pense qu'après tout ça, vous aurez compris que Maintenant qu'il fait tout le temps nuit sur toi a été un réel coup de coeur pour moi! J'ai beau chercher, je ne vois pas quoi dire de négatif sur ce roman... Une belle découverte que celle de la plume de Mathias Malzieu que je compte continuer de découvrir à travers ses autres romans : Métamorphose en bord de ciel et La Mécanique du Coeur. Au fait, je ne l'ai pas précisé mais Mathias Malzieu, c'est aussi le chanteur du groupe Dionysos!

mardi 4 décembre 2012

Top Ten Tuesday [1] - Les 10 livres que j'aimerais recevoir pour Noël

Le Top Ten Tuesday est un rendez-vous hebdomadaire dans lequel on liste notre top 10 selon le thème littéraire défini. Ce rendez-vous a initialement été créé par The Broke and the Bookish et repris en français sur le blog de Iani.

Cette semaine, je vous dévoile
les 10 livres que j'aimerais recevoir pour Noël!

J'adore Maliki depuis le début! Même si ce qu'il fait maintenant me branche beaucoup moins, j'suis bien tentée par les artworks.

Grosse fan de la websérie Noob, j'aimerai bien me lancer dans les romans qui comblent les lacunes de la série, et accessoirement, avoir le tome 4 de la BD vu qu'il me le manque entre le 3 et le 5!

Côté manga, voilà 2 séries que j'aimerais bien commencer! Gate 7 parce que je suis fan de CLAMP, et Spice & Wolf parce que j'avais adoré l'anime!

On reste dans les trucs de Geek/Otaku avec la BD du Joueur du Grenier! J'adore les vidéos de ce type, et j'suis curieuse de voir ce que ça peut donner en BD.

Enfin des romans me direz-vous! Je suis bien tentée de découvrir J.K. Rowling en dehors de sa célèbre saga, quitte à être déçue. Et je n'arrête pas d'entendre parler de ce Vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire alors j'ai bien envie de me lancer:

Et pour finir, La Mécanique du Coeur de Mathias Malzieu parce qu'à la base c'est ce livre que je voulais lire mais qu'il n'était pas à la Médiathèque. Et comme j'adore celui que je suis en train de dévorer, j'ai envie de remettre ça!

Et ça ne fait que 9 mais là je n'ai plus d'idée! 

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...